Quels sont les publics visés par la zoothérapie ?

04 juin 2021   

Si l’on retrouve plusieurs animaux en médiation animale, les soignants agissent également auprès d’une pluralité de patients. Les pratiques actuelles en médiation animale consistent à se rendre sur le lieu de vie des soignés (EHPAD comme maison) ou de les faire venir sur place pour leur faire bénéficier d’un nouveau cadre. Une des qualités essentielles au métier de “médiateur par l’animal” est de savoir s’adapter à une typologie de troubles relativement large. En voici une liste non-exhaustive : Parmi les handicaps mentaux, les retards intelectuels, Alzheimer, les trisomies, les THA (troubles d’hyper activité) et les troubles de l’attention ou du comportement, les schizophrènies… Les troubles psychiques comme les différentes formes d’autisme… Parmi handicaps physiques, il y a tous les infirmités causées par des accidents, Les IMC, Les defficiences visuelles, auditives, les myopathies… Si l’on devait résumer, ceux pouvant profiter de la médiation animale sont : Les résidents en maison de retraites et EPHAD Les personnes ayant vécu une perte de confiance en elles Les vétérans ou soldats victime de crises d’angoissse et plus généralement les personnes souffrant de stress… Les enfants ayant des problèmes d’hyperactivité ou de sociabilisation Les personnes devant maintenir ou stimuler leurs capacités motrices Les personnes atteintes de différentes maladies mentales Le but est de faire vivre aux bénécifiaires une expérience différente pour activer le potentiel cognitif et susciter de l’intérêt et l’éveil des patients. La combinaison soignant-soigné-animal est appelée triangulation. Mais les personnes handicapées ne sont pas les seules à bénéficier des vertues des animaux. La médiation animale est utilisée dans les milieux thérapeutiques, mais aussi sociaux et sociétaux. Certains jeunes délinquants peuvent également apprendre à se contrôler en apprenant d’abord à contrôler un animal.